Comme vous le savez, chez Malheurs Actuels, nous avons toujours à cœur de faire notre travail en allant au fond des choses. Nous avons donc choisi, pour vous, d’interviewer le Réchauffement climatique lui-même, que nous avions réussi à joindre via son compte twitter, malgré son emploi du temps surchargé (comme vous pouvez vous en douter). Le bougre s’est donc prêté au jeu des questions/réponses, que nous vous livrons aujourd’hui.

Malheurs Actuels : Tout d’abord, une première question pour briser un tabou récurrent : existez-vous vraiment ?

Le Réchauffement Climatique : Vous en doutez ? Regardez autour de vous. Toutes les bonnes choses que vous appréciez au quotidien sont là grâce à moi.

MA : Deuxième question, sans vouloir trop insister : est-ce vraiment l’humanité qui est à l’origine de votre formidable succès ?

RC : C’est pour cette raison que j’aime tant l’espèce humaine. Tout mon succès vous revient, je ne serai rien sans vous. C’est pour cette raison que je vous encourage chaque jour à continuer ainsi.

MA : Comment vous est venue l’idée de toutes ces catastrophes ? Pouvez-vous nous parler un peu de votre parcours ?

RC : Un succès ! En effet, mon parcours est un succès ; il s’est construit à l’aube de la volonté des humains à vouloir kiffer leur vie. D’abord un succès discret ; jeune et inexpérimenté, j’étais un peu raillé, j’avoue en avoir un peu souffert mais cela m’a donné de la force. C’est ce qui m’a permis d’en arriver là, au top de ma confiance, en pleine bourre quoi. J’avoue avoir pris un peu le melon, mais que voulez-vous quand tout vous réussit… De plus, je sais que l’avenir sera encore plus beau. Mes meilleures années sont devant moi : je me bonifie d’année en année !

MA : Les leaders mondiaux tentent de tomber d’accord pour limiter votre activité. Qu’en pensez-vous ?

RC : De qui parlez vous ? J’ai beaucoup d’amis chez les décideurs. J’ai appris à les satisfaire, ce sont eux qui s’épanouissent le plus dans nos sociétés modernes. Maisons avec piscine et avec climatisation, plusieurs voitures dans le garage, avions privés pour se déplacer, Uber Eats quand ils ont faim, Airbnb pour se loger, Amazon pour se faire livrer une lime à ongle dans le quart d’heure, Aliexpress pour se faire livrer une sucette Pikachu qui aura fait le tour de la planète via des très beaux cargos (que j’aime vraiment perso). Bref, le bonheur même de nos sociétés. Je continue d’encourager ces pratiques et espère que d’autres, bien meilleures, auront lieu.

MA : Comment réussissez-vous à gérer la célébrité, et plus largement votre exposition dans les médias ?

RC : C’était dur avant, quand je n’étais invité qu’une fois de temps en temps sur Arte ! Maintenant je suis partout, et j’aime ça. J’ai un gros melon et espère qu’il va grossir encore, et je fais tout pour. Cependant, je ne dois pas me relâcher, car à la fin de l’été 2021 on m’avait déjà oublié et on doutait à nouveau de moi. Je me suis bien rattrapé cette année, j’ai bu quelques margaritas en moins et me suis plus concentré sur le travail. J’espère donc apparaître plus dans les médias dans les temps à venir.

MA : Vous êtes plutôt de gauche, plutôt de droite, ou plutôt apolitique ?

RC : J’aime pas les Verts, évidemment, mais même eux n’ont pas plus d’ambition que cela ; ils tentent de m’affronter en faisant des alliances bizarres quelquefois. Mais tout cela reste de la petite politique pour moi. Je ne parle qu’aux grands : Trump, Xi Jinping, Macron, Trudeau et tous les autres bien sûr.

MA : Quelles sont, en ce moment, les figures du climat que vous préférez ?

RC : Trump me manque.

MA : Comment faites-vous pour être tout le temps en forme ? Quel est votre secret ?

RC : Je ne mange que des plats à base d’huile de palme.

MA : Avec toutes ces années de recul, qu’est-ce qui vous rend le plus fier ?

RC : Toujours battre des records de températures.

MA : Dernière question : où vous voyez-vous dans 20 ans ?

RC : Fêter les 50°C en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.